Tora d’Ami Or & Camille

Tora et Camille, c’est une bien belle histoire qui fait rêver … Mais pour en arriver là, nul doute que du temps, de la patience, des remises en question, de l’amour (beaucoup) et du travail (encore plus, ou vice versa !) ont été nécessaires. Camille rejoint les cavalier(e)s JTDJS et sera toute à votre écoute pour discuter progression j’en suis sûre. Je lui laisse maintenant la parole …  


Le hasard fait bien les choses …

Tout commença à Noel 2009, je fais mes études d’ingénieur à Lyon mais je ressens un grand vide à ne plus monter à cheval après 3 ans d’arrêt.

tora1Ma maman est cavalière et éleveuse de trotteurs français en Normandie, elle me propose de me confier un membre de son élevage qui n’a pas convaincu lors des premiers entraînements.
Je suis un peu sceptique au début, car tout de suite me viennent les clichés sur les réformés de courses et sur les trotteurs.
Je suis orientée compétition de saut d’obstacles depuis toujours, et un trotteur en concours on en voit peu. Les trotteurs peuvent se révéler être de bons chevaux de club mais peu sont en compétitions Amateur. J’oublie donc mes objectifs de compétition et j’accepte l’offre. De toute façon ce n’est que provisoire. Il me reste 2 ans d’études, je rendrai la jument à la fin de mes études pour qu’elle se consacre à son futur métier de poulinière et je m’achèterai un cheval pour la compétition après. En attendant je ferai de l’équitation de loisir.

Elle me présente donc Tora d’ami or, née le 2 mai 2007, une petite jument de moins de 1m60, baie sans aucune tache de blanc, qui avait 2 ans et demi. Elle était à l’écart des autres car elle revenait de l’entrainement et avait attrapé la teigne.
J’accepte le challenge et la ramène à Lyon avec moi. J’avais trouvé une petite pension à l’extérieur de Lyon avec des installations suffisantes et de belles possibilités de ballades. Elle avait été attelée et non montée, il a donc fallu la débourrer à la selle. Heureusement en une semaine j’étai sur son dos mais il restait tout à faire.


Des débuts difficiles
Les débuts ont été difficiles, Tora ne s’arrête pas, ne galope pas, s’emballe, elle est sur Tora2l’œil et ça ce n’est que pour la partie montée. Je me demande alors dans quoi je me suis embarquée.
En main, elle ne marche pas elle tire, elle ne donne pas les pieds, elle ne supporte pas la brosse, elle est craintive et a peur d’une feuille volante. Autant dire pour les ballades c’est compromis pour le moment…. Nous avons tout à apprendre ensemble car j’ai eu plusieurs chevaux avec elle mais ils étaient « clés en main ». Mais je m’accroche et me rapproche d’une équitation plus douce et patiente, à l’opposé de mes jeunes années où je ne vivais que pour le week-end en concours et avec pour seul objectif le championnat de France. Je passe beaucoup de temps avec elle à pied à essayer de la comprendre et de l’apprivoiser. J’apprends même le parage naturel et le lui fait moi-même.
Aujourd’hui, 7 ans après nous avons bien grandi ensemble. Mes études sont finies mais une telle complicité c’est instaurée entre nous, à tel point que j’ai décidé de la garder. Tora s’est révélée être une jument très polyvalente avec un pied très sur en extérieur en partie lié au faite qu’elle évolue pieds nus depuis toujours. Nous pouvons partir en randonnée plusieurs jours, cela ne lui pose aucun problème.


Complicité, quand tu nous tiens

tora3Une vraie complicité s’est installée au fil des années et nous commençons même nos premiers exercices à pied et monté sans la contrainte du mors. Encore une fois, Tora se révèle être une bonne élève et rien ne semble arrêter sa progression ni son envie de me donner.tora6

Nous avons même prit le chemin de la compétition d’obstacle et sortons en épreuve Amateur sur des hauteurs allant jusqu’à 1m20 et elle ne semble pas y être
limitée. Souvent la seule Trotteuse en épreuve, nous étions montrés du doigt. Mais elle gagne !

Bien sûr, nous avons nos difficultés mais les victoires ne sont que plus belles !


Une jument avec un grand CV

En plus de cette grande polyvalence, Tora est devenue un maitre d’école pour tous mes amis et ma famille. Elle sait faire la différence entre un cavalier expérimenté ou un débutant. De l’enfant de 4 ans à la toute jeune retraité de 60 ans.tora7

tora4

Première 110 à 5 ans 

De par ses tops origines de trot, nous avions la volonté de la faire pouliner avant ses 10 ans. Tora sera donc saillie en 2015 par Ouragan de Celland, performeur Trotteur. Depuis Avril 2016, Tora est l’heureuse maman d’un petit mâle, GATSBY THE GREAT qui grandit en Normandie dans l’élevage familiale.

Depuis Septembre 2016, Tora est revenue sous ma selle pour mon plus grand plaisir. Nous avons

tora5

Première 120 à 7 ans 

reprit la route des concours, d’abord en épreuves club fin 2016 pour se redonner confiance puis en Amateur cette année avec déjà de belles victoires en Amateur 2 110 et de beaux classements en Amateur 1 115.


Sur son dos, je rêve

A termes, mes grands rêves sont de participer à des Indoor prestigieux comme Equita’Lyon, ou le salon du cheval à Paris, histoire de faire parler les mauvaises langues !

L’aventure continue !


Et puis un rêve que j’espère se concrétiser cette année sera la participation au Meeting des Propriétaires à Lamotte Beauvron.


JTDJS suivra ce couple avec beaucoup de plaisir … et compte sur elles pour amener les trotteurs sur les plus hautes marches des épreuves ! En selle les filles !