Soleil Indien & Elise

Soleil et Elise, c’est le parfait exemple du fait qu’avec les trotteurs, il faut savoir apprendre la patience. Ainsi que la ténacité, qui est la clé de la réussite, comme le prouve leur histoire, puisqu’ils sont aujourd’hui présents au classement très régulièrement, et qu’ils rêvent même de Championnats ! Elise raconte.


Un rêve d’enfance enfin réalisé
En août 2009, l’occasion de devenir enfin propriétaire se présente à moi. Après avoir réussi à motiver mes parents pour m’acheter un cheval suite à une bonne occasion dont m’avait parlé mon moniteur (un pur-sang plutôt sympa, mais que je n’ai jamais vu ni essayé car les propriétaires se sont finalement rétractés), la machine était lancée.
On épluche les petites annonces, recherche axée plutôt sur du cheval de selle ou du pur-sang malgré un petit budget, mais surtout pas de trotteur (on m’avait vraiment déconseillé cette race, nous savons tous maintenant que les trotteurs ont mauvaise réputation dans le milieu de l’équitation « classique »…).
Je parcours pendant plusieurs semaines les sites de petites annonces, sans grand succès. 72653745_2523193214577989_590051570721226752_nUne amie finit par me dire de regarder quand même les annonces de trotteurs, après tout à la base je voulais seulement un cheval pour de la balade ! Je tombe donc sur l’annonce d’un trotteur bai, nous appelons les propriétaires qui nous répondent que celui-ci est déjà vendu, mais un autre trotteur alezan du nom de Soleil Indien arriverait la semaine suivante chez eux. Nous prenons donc rendez-vous et nous voilà partis une semaine plus tard pour aller le voir !
Il venait tout juste d’arriver sur place, il n’était même pas encore descendu du van quand nous sommes arrivés. Avec ma mère, une amie et la dame nous sommes rentrés quelques instants chez eux pour prendre de quoi le seller et discuter un peu. Le monsieur, quant à lui, a descendu Soleil du van et a demandé à mon père de le tenir.
Mon père n’y connait rien en chevaux, et pourtant il a tout de suite craqué sur sa bouille et pour sa gentillesse ! Il ne bougeait pas une oreille. Nous sommes ensuite sortis et là les vendeurs m’ont dit ces quelques mots pour me présenter Soleil : « C’est un cheval qui n’a pas couru car il partait très vite à la faute, mais comme il est gentil il a fait cheval d’école pour jockeys. Il vient de prendre 3 ans, il n’a pas été monté depuis quelques mois et il n’est jamais allé en extérieur mais comme nous n’avons pas de carrière nous allons faire l’essai dans un chemin ».
Autant vous dire que je n’étais pas rassurée du tout ! Nous allons dans le chemin, au bord de la route les voitures et motos passent sans ralentir mais pas de réaction de Soleil, un bon point. L’homme monte dessus avant moi et Soleil baisse les fesses d’un coup, touchant presque le sol, avant de partir au grand galop. Me voilà de moins en moins rassurée, mais je me dis que l’essai n’engage à rien. Il revient, me le laisse, je monte plus délicatement et il réagit un peu moins. Je fais un aller au pas dans le chemin, je trottine un peu sur le retour, je me dis « Finalement il a l’air vraiment gentil ». Je ne mets pas longtemps à me décider et la semaine suivante Soleil était dans mon jardin, dans un petit paddock fabriqué par mon père avec abri de luxe !

Des débuts qui paraissaient pourtant simples…

74477096_649527442237988_355156506473136128_nQuand Soleil est arrivé chez moi, j’ai mis 2 semaines avant de monter dessus. Je voulais qu’il se fasse à son environnement. Première sortie monté : une amie le tenait en longe pendant que j’étais en selle. Il avait été très sage ! Je le sortais tous les jours à pied pour aller le faire brouter et lui dégourdir les jambes. Au bout d’un mois je l’ai enfin emmené à mon club pour un cours. Etonnamment Soleil était très serein dans ce nouvel environnement qu’il ne connaissait pas. Du coup par la suite je l’emmenais toutes les deux semaines à mon club pour les cours de plat et je le montais un peu dans la semaine en extérieur.
Puis, quand nous avons commencé à sauter (première séance nous avons seulement 73087849_764234370694778_4719551059754745856_nsauté un croisillon), j’ai commencé à l’y emmener tous les samedis. Il travaillait très bien et avait l’air d’aimer ça ! D’ailleurs il n’a pas mis longtemps à apprendre les départs au galop. Au fur et à mesure des séances, Soleil prenait du muscle, de la force et de la confiance en lui.
Progressivement il a fallu passer sur des mors plus forts car nos séances commençaient à devenir dangereuses : cheval complètement sur les épaules, qui n’avait pas du tout d’équilibre et glissait dans les virages et qui m’embarquait au galop sans vouloir s’arrêter. J’avais aussi un très gros problème au montoir qui m’a valu une chute. Des problèmes pour l’attraper au champ aussi.
Nous avons commencé à enchainer les mauvaises séances, nous n’arrivions même plus à faire les exercices, je me battais constamment contre lui car j’avais peur que l’on se fauche, j’avais l’impression de ne rien tirer de mes séances et je ne prenais même plus de plaisir à le monter. Sur le plat il ne m’écoutait pas du tout et à l’obstacle il m’embarquait complètement sur les barres. A une période j’avais même songé à le revendre car je ne m’en sortais pas… Mais je m’y étais trop attachée donc je n’ai pas pu me résoudre à le faire.
72779228_527953241270692_2573274821550931968_nJ’ai persévéré, et progressivement nous avons commencé à refaire des séances positives à l’obstacle (le plat restait toujours un gros problème pour lui, sans barres pour se canaliser). Nous avons commencé les concours assez tard, le temps d’avoir un cheval à peu près calme sur un tour. Soleil s’est révélé être mieux en concours finalement ! Bien plus posé et il se déplaçait mieux. Nous avons commencé sur une Club 3 puis quelques Club 2 pendant quelques années.
Puis j’ai voulu me mettre plus sérieusement aux concours. Nos débuts ont été délicats (des points en Club 3 et des chutes en Club 2) mais nous avons travaillé dur pour ne concourir qu’en Club 2 et être même champions du Calvados en 2018 ! Maintenant nous sortons sur Club 1 et faisons sans fautes et classements depuis un changement de selle qui nous a fait beaucoup de bien à tous les deux. (27èmes sur 93 aux championnats de Normandie suite à une petite barre au barrage!)

Des projets pleins la tête…

Depuis que Soleil a changé de pension, il travaille beaucoup mieux, je pense d’ailleurs ne 72765102_2804853092899972_4529739893550612480_njamais l’avoir eu aussi bien au travail sur le plat que depuis qu’il s’est fait à sa nouvelle maison !
Ces conditions de travail plus sereines ont fait exploser les projets dans ma tête. Cette année nous allons donc faire en sorte de participer aux Championnats de France en Club 1, essayer de sortir un peu sur Club é
Elite, et si le travail sur le plat continue sur cette lancée, j’aimerais même essayer un concours de dressage avec lui !
Puis, un peu plus tard, si son physique le permet (Soleil a déjà 13 ans, nous avons été très tardifs dans notre évolution), et si j’arrive à prendre plus confiance en moi, j’aimerais beaucoup le sortir en Amateur, sur 110. Affaire à suivre !

Affaire à suivre oui, et Je Trotte compte dorénavant parmi ses ambassadeurs un couple qui illustre à merveille des valeurs qui comptent dans la valorisation des trotteurs dans le monde du sport : la patience, l’humilité et l’écoute de son cheval.