Royal et Frédérique

Je Trotte donc Je Suis traverse les frontières… Frédérique, cavalière et groom belge, défend ainsi les couleurs de nos trotteurs avec pour appui son Royal. Je lui laisse la parole dans un témoignage qui est une véritable déclaration d’amour, pour un cheval que l’on a envie de connaître et qui a l’air si particulier, pour ne pas dire hors du commun. 

Mise à jour : Royal est en pré-retraite, après une longue année de convalescence suite à une tendinite compliquée qui a nécessité opérations, traitements, ferrures adaptées… Frédérique prend donc elle aussi un peu de repos, après cette période compliquée.


Je me présente…
17264608_277531456016795_4653504597764587759_nCavalière depuis de très nombreuses années, d’abord pour mon loisir dans ma toute jeunesse, je suis passée par le rallye puis par le travail à coté des cours que je prenais encore au manège avec mon professeur. Groom/cavalière de profession, ont peut dire que j’ai décidé de vouer mon existence aux chevaux.
Je « monte » si on peut appeler ça monter à cet âge, depuis que j’ai 3 ans… Passionnée pour ne pas dire complètement mordue de chevaux depuis toute petite, j’ai eu la chance que mes parents préféraient me savoir aux écuries que traînant dans le village. On ne savait pas me trouver ? J’étais au manège… Puis chez le voisin de mes grands parents qui était entraîneur de trot, soit à la ferme chez mes grands parents.
Comme tous le monde j’ai appris à monter en manège, le samedi après midi, puis le dimanche en plus, et ensuite même le mercredi. Encadrée par un très bon professeur, néerlandophone et ancien officier à cheval ce qui vous laisse imaginer la discipline et les anciennes méthodes, il m’a malgré tout énormément appris à cheval et m’a donné des bases solides.
Comme « formation » j’ai côtoyé une écurie de trot, le fameux voisin qui était un excellent jockey dans la région à cette époque, ce qui m’a également fait me rapprocher d’une autre part des trotteurs en les côtoyant cette fois « à la source » puisque, chez nous, il n’était pas question et nous n’avions pas les moyens de payer de « gros » prix pour un cheval, puis je suis partie dans de grosses écuries de chevaux de sport, puis dans le cheval arabe en Irlande où j’ai pu également échanger avec de gros propriétaires de touroughbreds…
Après des hauts et des bas je me suis retrouvée au plus bas après 2 années très difficiles… La perte de mon premier cheval de selle m’ayant mise sur les concours de jumping qui était d’ailleurs fils d’un selle Français avec une part de Pur sang et d’une mère trotteuse ayant été labellisée au sBs pour recommandée en élevage obstacle (un peu le même fonctionnement que l’ISO aux Haras Nationaux français)… Mais aussi tout un tas d’autres problèmes ayant fait s’écrouler la petite entreprise que j’avais mise sur pied petit à petit.
J’ai donc été « victime » d’un blocage psychologique qui m’a sortie du monde du cheval. Et 18118760_296905414079399_666791213344963922_naprès deux ans loin des chevaux durant lesquels j’étais mal sans trop savoir pourquoi tandis que j’étais à Toulon…Arrivée en Normandie, je commençais petit à petit et de temps en temps à énoncer l’idée et l’envie de reprendre un cheval mais pour de la promenade. Mes critères n’étaient pas précis comme toujours, mais j’avais un faible pour les alezans, je souhaitais juste éviter de tomber sur un cheval qui ressemble à mon premier cheval de concours car même à l’heure actuelle je ne suis pas encore passée au travers.
Avant ça j’avais bien entendu eu d’autres chevaux, et souvent même toujours, des trotteurs achetés chez un marchand. Pour leur prix puisque mes parents ne voulaient pas mettre une grosse somme d’argent dans un cheval, et je me débrouillais toujours en travaillant à la maison, et puisque j’étais fourrée aux écuries tout les jours… J’ai eu une période assez longue où j’ai appris beaucoup par moi-même surtout lorsque mon professeur d’équitation à quitté la région.

 Royal…La star, le guerrier
Royal est donc un hongre trotteur français de 12 ans, toisant 173,4 cm au garrot, modèle 15732165_240595389710402_1509960919519785439_ocompact, assez « bloc » et osseux, arrivé dans ma vie quand il allait prendre 4 ans. 
Pour vous décrire un peu Royal tel qu’il est, deux mots suffisent pour un début : Star et guerrier. C’est un cheval au tempérament très dur, un peu macho si ont veut, à la base il s’entend mieux avec les hommes mais d’un autre coté on a droit à une bagarre de dominance continuelle.
Royal sait ce qu’il veut, et quand il décide qu’il ira « Là bas, comme ça », et bien il ira « Là bas et comme ça »… Et tant pis si il se blesse, risque de se faire mal (ou se fait mal…) et surtout « Tant pis pour toi si tu ne suis pas ». C’est un leader dans l’âme, fatiguant à vivre car il faut jouer constamment avec ses humeurs tout au long d’une journée, ses exigences, et il faut qu’il soit au centre de l’attention. Gratter le sol, taper dans la porte et trouver le moyen de faire de plus en plus de bruit jusqu’à ce qu’on cède, est une partie du lot quotidien.
14195351_217905408646067_7203733462094575716_oEn résumé, il faut que l’ont soit à sa disposition et disposés à faire et être là quand lui a décidé et comme il veut. Il peut être câlin mais uniquement le temps qu’il désire, après il vous envoie carrément sur les roses et si vous insistez il s’énerve, et quand il s’énerve, il n’est pas rare qu’on finisse avec des petites pincettes.
Au travail, ses qualités font aussi ses défauts. Ce n’est pas un cheval qui tournera le dos pour fuir, il n’a peur de rien, il aime y aller et aime l’adrénaline et possède un esprit de compétition qui me fait souvent un peu peur, ou me met en tout cas dans des situations pas évidentes. Un simple exemple, si je travail en piste et que d’autres travaillent et sautent, lui étant au pas va systématiquement chercher à choper celui qui passe à coté de lui à l’allure supérieure, et il chauffe, bien entendu mais c’est habituel chez lui.
Royal ne supporte pas trop bien d’être contenu, pourtant, il aime se montrer sous la 14324613_178019435967998_5181679247249406158_oselle comme en main, il est léger et se porte, à de supers allures souvent appréciées par les juges de dressage et une attitude qui plait, ce qui déplaît c’est son coté un peu « hors contrôle »… En cross ou en jumping, le tigre est de sortie, il bondit comme un chat car qu’on y mette 80 ou 130, Royal veut placer sa marge et la place sans soucis… Il ne supporte pas partir de trop près, et puisque même avec moi qui le connait presque par coeur, ça arrive souvent qu’on se dispute la place du « pilote »… Il n’est pas rare qu’il prenne une décision de partir sur une longue, ou autre, du coup je me retrouve dans des situations improbables où je me demande vraiment si nous allons en sortir.
Et d’ailleurs, c’est souvent ce type de choses sur lesquelles nous devons essayer de nous trouver encore à l’heure actuelle… Car ça nous a déjà offert deux belles chutes par incompréhension si j’ose dire. Car oui, parfois il va écouter et me laisser les commandes, mais imaginez… Aborder une ligne de croix à une foulée légèrement rapprochée, abord au trot avec une barre d’appel… Il prend les commandes, je cherche à reprendre, il me les laisse d’un coup au moment où je lui laisse aussi, ça donne une incompréhension du genre « Oh hein! Tu voulais les commandes, je te les laisse et voilà le résultat… Bravo espèce de pas douée » et au moment de remonter « Ah tu t’es fais un peu mal… Bon tant pis hein » et lorsqu’on revient, il compense pour moi, ça l’énerve le pauvre, mais pour ça il fait terriblement attention et m’aide pas mal, dès qu’il sent que j’ai vraiment trop mal ou que ma jambe s’affaiblit de trop, il va le faire mais se retiendra aussi quand même malgré la marge, du coup comment lui en vouloir?
1509096_10203484888670715_1668115134_nSinon, c’est un cheval qui a presque « besoin » enfin il a vraiment pris goût à une vie 5 étoiles… Il voit l’appareil photo, le voilà qui arrive, fait le beau, se la pète, puis quand il en a marre: Bye bye! … Il adore son maréchal ferrant à qui il lui arrive de faire un peu de caprice très gentil, et adore son ostéopathe (qui l’adore en retour) … Coocooné par tous ceux qui travaillent autour plus intimement comme pour les manipulations surtout, et je pense qu’on ne peut finalement pas s’en empêcher… Je ne connais pas grand monde qui ne finit pas par céder au moins une fois à l’un de ses caprices, et attention à celui qui le prendra de travers… Car lui ne pardonne rien, et lorsque ça ne lui plait pas, il se braque et répondra jusqu’au moment où lui aura ce qu’il veut. C’est un cheval avec un tempérament bien à lui tout comme sa personnalité, avec qui il faut toujours couper la poire en deux.
Ses plus gros points faibles restent dans son tempérament et sa personnalité, comme je l’ai dit, ses qualités sont ses défauts. Il est trop « guerrier », il à une tolérance à la douleur impressionnante, le plus dur avec lui reste de faire attention…POUR lui.

Ses habitudes…
Royal a ses habitudes bien à lui. Déjà en dehors de tout ce qui a été dit, et sera dit car il y a énormément de choses à dire à propos de lui… C’est qu’il faut qu’il fasse sa sieste, et entendez sieste couchée comme si il était mort… L’après midi, et la nuit, et si il est couché, le réveiller pour aller travailler il va râler et ne va pas donner du coeur à l’ouvrage. Chaque séance, il faut et ça depuis toujours, qu’il ait son petit quart d’heure casse pieds… Personnellement je n’y prends plus vraiment attention lorsque ça arrive, je sais que ça va passer comme ça a commencé, mais voilà c’est une habitude qui ne changera je pense jamais.
 Royal a également SA femme…Ce qui est assez amusant car quand elle est partie, il fait 15732357_241679522935322_7475069690636695161_oune « vie » monstrueuse et va être bizarre quelques jours, mais quand elle est de retour là c’est le bonheur. Il ne peut pas s’empêcher à l’attache de passer la tête dans son boxe. Ceux qui diront qu’un cheval n’est pas capable d’avoir des « coups de coeur » peuvent venir voir quand ils veulent !
L’anecdote mignonne...La jument était partie de quelques mois déjà, et était venue pour un concours. Royal l’a reconnue bien avant moi ! Il m’a tirée vers la jument, a fait le tombeur comme d’habitude et était content de la retrouver. Car ça aussi, en troupeau, Royal est un peu le patron. Si vous faites des tas de foin, il va faire tout les tas de foin en repoussant les autres, puis quand il a fait un tas, il va au suivant et ainsi de suite. Il n’est en général pas super sociable, avec les autres chevaux on le trouvera généralement dans son coin en train de manger, soit avec une jument… ce qui ne l’empêche pas d’être avec un autre aussi, mais si on l’ennuie et qu’il veut être seul, il va dans son coin et repousse un peu les autres qui viendraient le coller un peu trop. Bon, on ne va pas raconter ce qui se passe dans l’intimité des prairies ou paddock quand il est avec une jument n’est-ce pas, on l’a vu plusieurs fois mais respectons l’intimité s’il vous plait (lol).

 La rencontre…

14225605_171224323314176_3826116673190804975_nJ’ai rencontré donc Royal en été, sur une bête annonce de moins de trois lignes et j’ai tout de suite voulu aller le voir. Nous avons fait plus d’une heure et quart de route pour aller voir un cheval sans rien savoir de plus que sa race, qu’il était débourré et brave en promenade. Et quelque chose est passé. Royal était en vente depuis longtemps, il ne convenait jamais, et avait même tenu tête à un cavalier professionnel venu l’essayer pour partir vers Paris pour une de ses « clientes » pour du CSO.
Et donc, en arrivant pleine d’incertitude je suis revenue de promenade les larmes aux yeux, nous venions donc de signer l’acte de vente. Royal Axe, fils de Axe des Sarts et Helminte (Par Stirwen) entrait dans ma vie.
Sur un coup du hasard si on veut être clair, un coup du sort je préfère… Car il faut savoir que je n’ai jamais réellement cherché mes chevaux, ils débarquaient souvent sans que je sois sélective, le coeur faisait le reste, mais pour Royal… je ne sais pas expliquer. Il est venu vers moi, et j’ai tout oublié. Je ne saurais vous dire si j’étais heureuse, mitigée, je me suis juste laissée portée, mise en pilote automatique une fois que l’appréhension et l’habitude de ce petit cheval de 3 ans et demi, plus petit que mes habitudes, plus compact et léger, se portant de lui même… Bref tout était différent, rien de réellement familier pour la première fois de ma vie de cavalière. p1
Je l’ai préparé par moi-même… Sans demander l’avis au propriétaire si mes souvenirs sont bons… Bon je tiens à rassurer, il m’a laissée faire et a apprécié ainsi que sa femme. D’ailleurs, je crois qu’ils savaient ou sentaient peut être déjà bien avant moi que c’était plus que le simple feeling qui était passé entre lui et moi, en tout cas, je me souviens qu’ils étaient heureux de nous le laisser, que Royal avait trouvé une bonne personne pour lui et que quelque chose était passée. Je me dis parfois avec le recul que notre destin s’est scellé le jour où je l’ai sorti de son paddock.

 Les débuts… La galère…
A la base donc, Royal ne devait être qu’un cheval de famille, pour aller se promener le Dimanche sur l’avenue Verte… Bon, assez vite il a commencé à me faire entrevoir qu’il n’était pas gentil tout doux. Puisqu’il n’avait pas fini sa croissance, il a donc été laissé totalement au repos jusque ses 6 ans et demi. Et là… La galère a réellement commencé.
Royal a réussi à prendre le dessus sur moi et mon compagnon, en liberté dès qu’on cherchait à reprendre un peu les commandes comme le faire un peu galoper ou trotter dans la piste, il venait tout droit vers nous, gonflé à bloc s’arrêtait et se mettait debout, il restait face à nous toujours imposant et ne cédait pas, si on insistait, il tapait des antérieurs, se levait de nouveau ou tournait le c*l vers nous avec les oreilles collés dans la nuque et tapait, on a frôlé un accident si mon compagnon n’avait pas sauté sur le coté car le coup était parti. En fait, après explications autres que celle véridique qu’il avait encore un caractère d’entier et dominant (Vérification par vétérinaire aussi qui a expliqué d’autres choses également, mais rien de grave en soit), il prenait tout pour une provocation et nous provoquait à son tour… Mais une fois une main sur le licol c’était terminé.
15994594_248667282236546_897496628441765578_oIl a fallu qu’on reprenne le dessus en ne reculant pas, et je vous garantis que je n’en ai pas mené large. Au final, le « jeu » est à éviter et nous ne jouons plus avec lui au risque de réveiller de nouveau ce coté chez lui.
Monté, c’était pareil. Il se calait, se mettait debout sur les jarrets soit pour faire demi tour, soit pour reculer en se levant constamment jusqu’à se bloquer le c*l dans le coin, et là plus moyen de le mettre en avant car il se levait chaque fois, ni de tourner ou autre. Il a déjà eu une personne le suivant avec une chambrière pour le garder en avant, ça a failli partir en vrille là aussi…Même les promenades devenaient dangereuses, un jour il avait décidé de couper le chemin, seulement une voiture arrivait en face et on a frôlé l’accident là encore.
Autant dire que je suis passée par des phases de doutes… De pleurs… Je me remettais
en question sans arrêt et ça n’aboutissait jamais à rien. En piste 15 minutes devenaient 5 minutes puis moins d’une demi piste… En promenade, on faisait 500 mètres… Se fâcher ne servait à rien. Donc, grâce mais aussi à cause de mes soucis de santé j’ai trouvé des parades pour le travailler mais à pied comme si j’étais en selle… En liberté j’ai fini également par reprendre le dessus sur lui, et petit à petit, nous avons trouvé un deal. Royal ne peut pas être considéré comme un « cheval » il doit être à la même hauteur que son cavalier, voir plus important… Comprenez par là que pour que tout se passe bien, il faut prendre Royal comme un vrai partenaire sportif, celui sans lequel on est peu de choses, et même si c’est une mentalité que tous devrait avoir dans un coin de la tête, avec lui c’est en pratique.
Je ne cache pas qu’il a été mis en vente plusieurs fois… J’ai eu à mon grand étonnement beaucoup d’intéressés en moins d’une journée la première fois, mais je me suis rétractée directement. Fierté? Je ne sais pas. Ca peut s’apparenter à de l’égoïsme aussi…

 Et maintenant alors ?
Les années de travail à pied, essai monté, des moments de repos complets… J’ai fini à un moment par essayer de lui mettre un obstacle en liberté, pensant à l’époque qu’en le laissant s’amuser comme la toute première fois (il avait 4 ans je venais de l’acheter, j’avais juste voulu « voir », ce qui au final l’avait particulièrement amusé car on ne l’arrêtait plus…), l’obstacle et les barres sont venues dans notre quotidien14706876_199346693835272_8423546177448459415_o
En plat, lorsqu’il avait bien bossé et n’avait pas eu plus que son quart d’heure casse pieds qu’il a toujours encore à l’heure actuelle il a besoin d’avoir son moment difficile, on lui laissait terminer sur un petit obstacle, une forme de récompense pour lui et finalement je pense que cette parade, et beaucoup d’autres choses ont fini par instaurer un climat plaisant pour lui.
Petit à petit, je suis revenue malgré mon conscient à ce que je faisais avant… Du petit cheval de promenade de 162 au garrot et un peu crevette, Royal est devenu une montagne de muscle de 173 au garrot, tout en muscles avec une puissance et une force incroyable. De mon coté, j’ai repris confiance en lui petit à petit…J ‘avais été aidée par un cavalier également, alors que Royal avait l’étiquette de « tueur » ou « rebelle » depuis pas mal de temps déjà.
Royal n’a pas arrêté de me surprendre… Autant dans sa façon à lui d’avoir imposé une conduite avec lui, une monte plus tournée vers Jean d’Orgeix, mais aussi… La compétition et l’équitation sportive. C’est un cheval qui a un réel besoin de travailler, d’être pris pour ce qu’il est car j’ai tendance à dire que ce cheval a imposé son propre destin. Il m’a clairement étonnée la dernière fois où je l’ai fait sauté en liberté pour sa journée « récréation », comprenez: Sauter en liberté!
18491713_307013016401972_6561070340953320303_oVous placez un obstacle, un couloir pour le forcer à ne pas sauter de biais ou en tournant car lui la difficulté, il se la met tout seul et il y va…Et vous restez au milieu et vous regardez, vous essayer de le calmer…Vous êtes à fond avec lui. Et il vient, il saute comme un avion, réceptionne, fait une foulée et fait demi tour pour sauter en sens inverse. Le plus gros que je lui ai mis était 130, avec sa marge il frôlait la pointe des piquets du coup pas la peine de mettre plus gros. Il part de loin, il couvre comme un chat (les rivières passent crème je le garantis lol).
Royal est également suivi de près par quelques beaux noms du CSO en grande partie, un peu de CCE… Les deux cavaliers « pro » ayant monté avec feeling donc à la méthode JDO n’en on fait que des éloges, parlant d’une forme de génie plus que du grand coeur car tout deux ont soulevé qu’il avait son caractère, qu’il était très délicat à monter, mais qu’il restait un cheval extrêmement interessant.

Et si on fait le bilan ?
CourageuxSanguin même un peu trop… Compétiteur… Je crois qu’il est tout simplement fou de l’adrénaline. Il adore le cross, le jumping, en dressage ça va mais je souffre mdr… Un parfait cheval de sport, et le pire, c’est que je n’en voulais plus, ni d’un grand cheval car je n’avais eu que des bacs avant… Et il me rappelle physiquement mon ancien cheval.18121106_298768137226460_6532270536918367730_o
Royal m’a limite « forcée » inconsciemment à revenir dans le sport équestre, il m’a sauvée en quelque sorte car je n’allais pas bien du tout, il m’a donné la force et l’inspiration de me battre contre moi-même et mes douleurs passées pour avancer… Et mon boulot, c’est de l’aider à montrer ce qu’il a dans le ventre. Je sais qu’arrivera un jour où je ne serais plus capable de le suivre, mais je lui trouverai un vrai bon cavalier qui s’occupera de ça… L’air de rien, Royal est déjà un peu reconnu, beaucoup venaient le voir par curiosité et quand au bord de piste on entend « Il saute hein! Il galope bien en plus on ne dirait pas un trotteur du tout »… La fierté qu’on ressent dans ce genre de situation me donne la chair de poule. D’autres qui lui avait claqué la porte au nez à cause de ses origines reviennent sur leur décision… Et humoristiquement, avec le caractère qu’il a, il sucera ses carottes car il n’aura plus de dents qu’il sera encore là pour m’en faire voir lol
14991927_215049182265023_7627021410392629455_nIl m’a faite grandir également. A force de remises en question durant des années, je me suis améliorée. A force de vivre au quotidien avec lui, il m’a permise de faire encore plus confiance en mon feeling et ne pas trop en douter, me faire confiance. Royal m’a faite évoluer bien plus que j’ai pu le faire pour lui.
Lui est la force qui me tient encore debout… Il m’inspire à avancer… Il me rend complètement dingue, il m’énerve, il me fatigue mais si il ne va pas je vais le sentir assez rapidement, c’est l’indicateur qui va me faire chercher ce qui cloche… Je me trompe encore, je me tromperai encore et lui, ce cheval qui n’a pas de nombreuses années de « métier » finalement m’a appris des choses sur moi et à cheval comme si il avait fait ça toute sa vie. Toutes ses qualités naturelles réunies en un seul cheval… Jamais, au grand jamais je n’aurais imaginé en avoir un dans les mains, et encore moins travailler avec lui.
Même si notre relation est à la fois « trop fusionnelle »… »Sans dessus dessous »…Lorsque l’un de nous deux va au plus mal, il devient plus posé et câlin, collant parfois… Une année où nous devions faire face à un souci de santé qui se répercutait sur moi, il faisait sa sieste habituelle et m’a laissé entrer dans le boxe pour m’allonger contre lui et nous sommes restés comme ça un moment à nous reposer un peu. D’autres moments, comme pour sa boiterie, j’allais tellement mal qu’il me fuyait par contre comme si il n’avait pas besoin de mon mal être pour lui en plus, et quand j’ai repris le dessus, il est revenu. Je pense qu’il n’aime pas qu’on s’apitoie… On peut comparer cela à de l’anthropomorphisme, mais beaucoup de choses ne s’expliquent pas autrement. 

Au moment où j’écris ceci…
Royal est au moment où j’écris tout ça, en train de se « battre » et se remettre d’un « accident » malheureux, rien de grave pour l’accident, un truc bête alors qu’il a déjà eu des accidents en faisant le bulldozer et n’a jamais eu un seul souci… Bilan de santé et locomoteur toujours impeccable, mais bon, on n’est jamais à l’abri d’une erreur.
Machoman… Show man… Il n’a jamais montré sa gêne ou sa douleur jusqu’au moment où il sentait que c’était trop. Boiteux depuis mai, nous nous battons et mettons tout en oeuvre pour sauver son pied. Il sera opéré, aura deux traitements d’injections aux cellules souches, des séances de laser…17098640_273000816469859_2484090429852261054_n
Même si le bilan est incertain sur l’avenir, tous autant que nous sommes autour de lui sommes persuadés qu’il reprendra une carrière normale, le tempérament jouant énormément ainsi que sa bonne santé générale et sa capacité de cicatrisation tout de même impressionnante. Médicalement en tout cas, si son corps réagit bien, il n’aura pas de séquelles et reprendra sa carrière… On prendra le temps qu’il faut, après tout, il n’est pas usé du tout et on a déjà fait de longues périodes sans pouvoir réellement travailler.
Mais nous sommes tous aussi d’accord sur le fait que Royal est un cheval hors du commun, hors norme… Bien sûr, il va falloir faire attention, contenir le feu comme on peut pour qu’il ne se fasse pas quelque chose bêtement… Royal est toujours passé avant mes propres besoins, ça ne changera jamais, je lui dois bien ça… Et qu’on y croit ou pas, je pense que nos chemins ne se sont pas croisés par hasard.

Et pour l’avenir? 
Comme je l’ai cité, Royal reprendra sa carrière en CSO et CCE en temps voulu. Je l’amènerai aussi loin que possible, je continuerai de faire sa porte parole car il mérite d’être connu pour tout ce qu’il est et représente. Nous serons également à la fois sur certains terrains français et en Belgique ainsi qu’au Luxembourg car nous sommes au croisement… Et Royal ayant toujours ses papiers français et son inscription sur la liste des chevaux de sport am/pro (Qu’il avait avant son achat, précision à faire lol)… Nous serons sur beaucoup de fronts !
20106513_336240146812592_1610199901517480298_nNos projets sont d’aller en stage chez trois cavaliers au moins 2 fois par an, durant 2 jours minimum afin d’être encadrés, et de le faire évaluer non pas pour un prix mais pour évaluer son évolution, et surtout le travail et soulever ce qui peut être amélioré pour le travail de mon coté.
Royal m’a aussi inspirée pour changer de branche de métier, ainsi, je pourrai continuer à travailler des chevaux, évaluer, trouver des solutions, coacher… Groomer car c’est la partie la plus importante dans ma vie, et me tourner également à coté vers le bien-être physique et mental car depuis qu’il est là, je me suis tourner vers les techniques « parallèles » comme l’aromathérapie, la phytothérapie mais surtout la kiné et la physiothérapie… Massage, musicothérapie et algothérapie au programme.
Je chercherai ensuite quelqu’un pour reprendre mon flambeau avec Royal et lui permettre de l’emmener au delà des étoiles qu’il mérite et veut atteindre. Pour montrer 14310282_176451872791421_4698471162200387128_oque ce n’est pas parce qu’on naît trotteur qu’on ne peut pas décider d’être autre chose ou qu’on ne peut pas être fait pour sauter, dresser… Peut importe le niveau jusqu’où ils peuvent aller, ce ne sont nullement les papiers qui font le cheval.
Royal a également un secret enfoui dans ses gênes…Mais ça, on le garde pour nous, inutile de l’ébruiter 😉 … Mais si si c’est bien un pur trotteur !

Nous suivrons de près la convalescence de Royal, sans douter de sa guérison et nous avons hâte de le revoir à l’oeuvre, ce cheval roi qui porte décidément bien son nom !