« Dos, le dos, qui a bon dos » – partie 3

En selle : aujourd’hui on saute, pour finir cette série de 3 articles consacrés au travail du dos du cheval !

Retrouvez les deux premiers articles en cliquant ici pour un rappel anatomique et locomoteur, et ici pour une compilation d’exercices à réaliser sur le plat pour muscler le dos de son cheval.

Cet article vous est présenté comme une séance d’obstacles construite de A à Z, dans le but de tonifier et muscler le dos de votre cheval, ou de le gymnastiquer si votre cheval est dans de bonnes conditions sportives. Evidemment, puisqu’il s’agit d’une séance, le choix des exercices est restrictif, et il en existe sûrement plein d’autres ! A vous d’être curieux, ou de décliner des exercices sur la base de ceux proposés. De même, les distances sont données à titre indicatif, « général ». A vous d’adapter en fonction des particularités des foulées de votre cheval si besoin, vous le connaissez mieux que moi ! 😉


Détente sur le plat

Commencez par détendre Trottinette aux trois allures, comme à votre habitude.

Mettez l’accent sur l’incurvation en premier lieu, afin de stimuler l’engagement du postérieur interne et d’échauffer les abdominaux, essentiels dans la chaîne ventrale qui permet le bon fonctionnement du dos. Selon l’avancée dans le travail de votre cheval, demandez au pas, trop et même galop, et n’hésitez pas à aller jusqu’à de la contre-incurvation.

Dans un même temps, multipliez les transitions, montantes et descendantes. Veuillez à garder l’activité dans les transitions descendantes, et à conserver l’équilibre dans les transitions montantes. Aidez-vous de repères visuels : lettres, plots… pour être le plus précis possible. Anticipez toutes vos demandes et allez au bout de votre idée, même si l’application est compliquée. Répétez, demandez peu, récompensez beaucoup. Les transitions vont faire fonctionner le dos du cheval.

Si votre cheval devient souple et malléable après ces exercices, en ligne droite et sur le cercle, il n’est pour moi pas forcément essentiel de venir compliquer la séance avec des déplacements latéraux. Néanmoins selon votre cheval, vous pouvez également inclure des épaules en dedans au pas et au trot, qui aident à obtenir équilibre et engagement du postérieur. Mais si cela risque de compliquer la séance ou fâcher votre cheval, gardez cela pour un autre jour : n’oublions pas que notre but est de travailler le dos sur des barres.


Détente sur les barres

Installez, sur un cercle de 20 m, 4 barres au sol séparées de 2 foulées (environ 9 m). Commencez par la main la plus facile, et exigez des passages dans l’incurvation et la régularité.

IMG_4117Relevez progressivement les barres jusqu’à avoir 4 cavalettis. En fonction du travail de votre cheval, vous pouvez faire l’exercice seulement au trot, ou au galop. Celui-ci n’est pas obligatoire dans le sens où vu l’enchaînement d’exercices demandé dans la séance, le dos est déjà bien détendu et sollicité. Et le galop peut parfois nuire à la concentration, on connait nos Trottinettes…

La réussite de l’exercice dépend de votre capacité d’anticipation et de votre tracé, grâce à votre regard.

Les cavalettis stimulent l’engagement des postérieurs dans la logique du travail commencé sur le plat. Un dispositif en ligne droite permettrait d’arriver au même résultat, mais peut être compliqué pour les chevaux qui ont tendance à s’aplatir.


Enfin, la ligne !

La ligne que je vais vous proposer permet une gymnastique complète de la ligne du dessus de votre cheval.

Les distances proposées sont volontairement courtes puisque le but est de faire travailler 13595734_1353032784724240_2027420737_nle cheval ; ne la réalisez donc pas avec un cheval vert sur les barres, peu habitué aux lignes ou peu mécanisés. On ne travaille d’ailleurs pas le dos de son cheval à l’obstacle tant que les bases ne sont pas saines !

L’entrée se fait au trot, puis :

  • barre au sol
  • 3 m
  • vertical (maximum 50 cm)
  • 5,50 m
  • saut de puces de croisillons (max 50 cm) séparés de 3,50 m
  • 6,50 m
  • oxer (peu large, max 1 m)
  • 10 m
  • vertical (max 1 m)

Le saut de puce permet de rendre les chevaux actifs et attentifs, de leur donner du « geste ». L’oxer qui suit incite à étirer le dos, et le vertical de sortie exige que les chevaux se recompactent directement.

Toute la ligne du dos travaille en flexion-extension.

13530440_1347446345282884_1432505063_nRéalisez quelques passages réguliers, laissez le temps au cheval de s’habituer au dispositif. Une fois celui-ci assimilé, réalisez 1 ou 2 passages plus gros, puis récompensez. La séance est complète !

Pour finir, vous pouvez demander à ce que vos chevaux trottent bas et rond, pour étirer la ligne du dos et qu’elle se relâche. Condition que je rappelle pour que cela soit bénéfique : que vos chevaux, même avec des rênes plus longues, conservent leur régularité et leur équilibre.

Puis, n’oubliez pas les caresses et les carottes : Trottinette a bien travaillé !


Source : Pocket’ Jump, par Michel Robert

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s